Rock'n'foot

26 septembre 2009

Bush, avalé par son succès

Ou comment un groupe peut écrire une chanson génialissime, et rien d'autre.

Bush, groupe rock britannique fondé en 1992 (soit bien avant les frasques de George Bush Jr), c'est un peu le Amara Simba du football des années 90.
Un but, un seul, nous revient à l'esprit quand on évoque son nom : longue touche parisienne côté gauche de Patrick Colleter, amorti de poitrine, et chef d'œuvre de bicyclette dans la lucarne.
Une chanson, une seule, nous revient à l'esprit lorsqu'on évoque Bush : Swallowed. La voix grasse de Gavin Rossdale en intro, et puis les guitares prennent le relai. On est comme enivrés par ce tourbillon de refrain, et ça ne s'arrête pas. Ça finit dans la lucarne, et le tour est joué.

2
7 avril 1992. le kop de Boulogne s'en souvient encore.

Amara Simba a fini sa carrière au Billericay Town FC, club de 3ème division britannique.
Bush a sorti son dernier album en 2001, Goldenstate, qui s'est vendu à 34 000 exemplaires.

Curieuses similitudes ....

Posté par demooniac à 14:46 - Commentaires [0]
Tags : ,

the Strokes, la réussite d'un style

Ce qui est génial avec les Strokes, ce groupe new-yorkais fondé en 1998, c'est qu'il n'y a aucun déchet dans leur jeu.
C'est propre, ça sonne bien, ça déroule et ça s'écoute sans fin.
Et pourtant, leur style est particulier. Ici, la voix de Julian Casablanca, salement enregistrée, est un instrument parmi les autres. Elle n'est pas mise en avant. Les Strokes, c'est un peu un rock démocratique, où chacun a la même place dans le groupe.

strokes_bw

C'est un peu le FC Nantes (versin années 80) du rock ; pas de star, une formation solide, un collectif efficace qui enchaine les perfs : NME Awards, Brit Awards, première partie des Rolling Stones.... Bref, du lourd !

On a beau chercher les influences, du côté du Velvet Underground ou des Ramones, les Strokes ont leur marque de fabrique bien à eux. Plus électrique, plus rythmé, plus moderne aussi. C'est le principe du jeu à une touche de balle : la basse passe à la voix, qui relance sans contrôle vers la guitare, qui repasse à la voix etc ...

Un album des Strokes s'écoute comme on regarde un match du grand FCNA de 1995 : aucun temps mort, du beau jeu, quelques moments de grâce comme cet enchainement Pedros-Loko-Ouedec qui finira dans la lucarne ou le Heart In a Cage de leur dernier album.

Même si Téléfoot a failli nous gaver à trop nous montrer ce but, lourd comme une pub EDF ; on ne s'en lassera jamais !

 

Espérons que ce groupe ne suive pas la même trajectoire que le FC Nantes.

Posté par demooniac à 14:01 - Commentaires [0]
Tags :